6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 15:06

 

 

 

L'en-tête n'est pas publiée ici.

 

Un large extrait:

 

Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel de la République Française,

 

J'ai l'honneur au nom des hommes et des femmes associées pour la Liberté de la République Française ainsi que l'Egalité et en tant que porte-parole de ces deux concepts fondamentaux de vous adresser le recours suivant:

 

Selon votre jurisprudence vous jugez de la conformité de nos Lois avec la Constitution Française de 1958 et au nom des principes fondamentaux.

 

Or les principes fondamentaux de notre République datent de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 repris dans les préambules des Constitutions de 1946 puis de 1958.

 

Il se trouve que nos deux Assemblées législatives le Sénat et l'Assemblée nationale sont entachées d'une grave anticonstitutionnalité ainsi que les Lois et règlements qui en découlent.

 

En effet, tandis que l'humanité est constituée pour moitié d'hommes et pour moitié de femmes ces deux nobles Assemblées restent constituées d'une très forte majorité d'hommes.

 

Nous attendons donc de votre Haute Autorité qu'elle remédie à cette très grave dérive de notre République Française.

 

(...)

 

Veuillez agréer Monsieur le Président du Conseil de la République Française notre profonde considération.

 

 

 

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 19:12
Trop facile pour les ministres... Beaucoup moins pour les élus députés. On contourne pour ne pas assumer la réalité... Quelques hochets pour "le droit des femmes" On espère ainsi faire toujours diversion...
Repost 0
Published by corde6 - dans parité
commenter cet article
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 16:20
L'observatoire de la parité des années 90 a-t-il lui aussi été défaillant grâce à l'informatisation ? A l'époque, à ma demande personnelle j'ai reçu un courrier intitulé M. Louis Renouard (mon époux) dont j'ai soupçonné la bizarrerie. Il venait de cet observatoire orchestré par dix femmes et pas n'importe lesquelles. Mme Monique Renouard
Repost 0
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 16:03



Essayons une pensée qui sorte de l'accoutumance et de préjugés parfois anciens.

Prenons en compte l'évolution  de la civilisation dans toutes ses activités et dans leurs rapports transversaux c'est-à-dire non hiérarchiques auxquels le travail salarié (ou non) nous a trop conditionnés.


Premièrement


Un homme au cours de sa carrière est souvent appelé à sortir du cadre strict de son travail, citons les missions, mises à disposition, détachements, etc. Ce n'est pas une rupture, une interruption sèche dans l'évolution de son travail, mais  plutôt l'intérêt de l'entreprise doublé d'une expérience supplémentaire personnelle.

Il n'y a pas de raison objective d'arrêter l'évolution de la carrière et de la rémunération, au contraire, bien souvent.

Ce qui n'est pas le cas d'une femme qui quitte le cadre du travail pour un ou plusieurs enfants.



Deuxièmement


Historiquement et depuis des temps très anciens, la civilisation occidentale a tendance à reléguer le travail attenant aux enfants en seconde position, comme moins noble et confié le plus souvent à des nourrices. Que ce soit sous la royauté, que ce soit aujourd'hui.

Les civilisations orientales sont moins institutionnellement rigides.


Troisièmement


Il s'agit de trouver
la justice entre les femmes et les hommes.

Il me semble que la reconnaissance des travaux liés aux enfants comme étant aussi prenants et honorables que d'autres serait une solution. Une mission, en quelque sorte. Mais pour ceux qui le souhaitent, bien entendu.

De plus,  ils pourraient s'exercer sur un temps plus ou moins long, non dirigiste, mais encadré selon les situations. Ce serait un contrat globalisé avec l'Etat et les diverses entreprises. 

Si certaines femmes (ou hommes, on peut rêver) élèvent leurs enfants, pour autant, elles ne "perdent pas forcément pied" avec la compétence. Tout dépend des gens et des circonstances.

Travail reconnu, salaire, réintégration, etc. Et en conséquence, égalité de rémunération femme/homme. Rappelons que les femmes gagnent en moyenne 25% de moins que les hommes.


Si ces conditions étaient réunies, les quotas ne seraient sans doute pas nécessaires.



Quatrièmement


Pourquoi serions-nous pour la parité concrète 50/50% femmes/hommes en politique ?

Rappelons qu'elle n'existe pas, en tous cas pas pour l'essentiel, c'est-à-dire la représentation nationale
,

Assemblée nationale et Sénat.

Les politiques décident par des lois pour l'ensemble des citoyens.

 Quelques centaines de politiques décident pour des millions de citoyens.

Il n'est pas normal qu'une majorité de quelques centaines d'hommes décident
pour des millions de femmes.  

Repost 0

Présentation

  • : Coordonne6
  • Coordonne6
  • : Le blog a été créé le 14/06/2007 en vue d'un programme social, économique et politique nettement égalitaire, démocratique et à gauche. Toute présentation sur internet différente de la nôtre -notamment avec de nombreuses publicités- n'est pas de notre responsabilité. L'article fondateur de la coordination suite au 6 mai 2007 est le premier inscrit en date sur ce blog. La rédaction d'un programme arrimé à des principes fondamentaux et écrite en quatre ans est intitulée "programme de A à Z". A la lettre "N" nous tentons d'expliciter ce qu'est un "NON" avec un rappel des 55% de votants opposés à l'Europe de 2005. Monique Renouard Bretagne
  • Contact

Recherche