25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 09:15

Une large majorité de Français, plus de 80 %, serait favorable à un renforcement de la loi interdisant le port de signes religieux ostensibles dans les lieux où l'on s'occupe d'enfants ou les entreprises privées, selon un sondage BVA pour i>Télé publié par Le Parisien/Aujourd'hui en France daté de lundi.

Après l'arrêt de la Cour de cassation du 20 mars annulant le licenciement d'une salariée de la crèche Baby-Loup renvoyée en 2008 pour avoir refusé d'enlever son voile, les Français seraient favorables à un renforcement de la loi à certains endroits, montre le sondage BVA. 86 % seraient favorables à une loi interdisant le port visible de tout signe d'appartenance religieuse ou politique dans les lieux où l'on s'occupe d'enfants (écoles, crèches, de droit privé ou public), 12 % y étant opposés. Ils sont encore 83 % à une loi étendant cette interdiction aux entreprises privées, 16 % y étant opposés.

 

Sondage réalisé par Internet auprès d'un échantillon représentatif de la population française de 1 164 personnes les 21 et 22 mars 2013, méthode des quotas.

 

 

sur Le Point.fr

 

Commentaire :

 

Tous les jours à la télé nous voyons des hommes et des femmes porter des croix sur la poitrine plus ou moins ostensibles et plus ou moins grandes.

Nous avons des noms de personnalités...

Mais nous qui sommes laïques dans l'humanité et non dans les formalités, nous ne nous hérissons pas pour les goûts esthétiques de chacun(e).

Repost 0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 09:53

Par Sihem Souid sur Le Point.fr

Il y a des traditions républicaines que des républicains piétinent régulièrement. Nicolas Sarkozy avait donné l'exemple en distribuant les bons et les mauvais points aux juges, faisant fi de la séparation des pouvoirs. Manuel Valls - est-ce un hasard ? - marche dans ses pas. En remettant en cause une décision de justice, l'arrêt Baby-Loup pris par la Cour de cassation, la plus haute juridiction française, le ministre de l'Intérieur rompt avec tous les usages. Quand la gauche crie avec les islamophobes, il n'y a plus de digues pour contenir les discours et les actes que les fonctionnaires qui dépendent de Valls ont le devoir de réprimer.

 

Laïcité ? La belle affaire ! Le locataire de la place Beauvau lui-même, comme son prédécesseur devenu président de la République, n'hésite pas à promener son Chalghoumi partout où il peut pour dire aux musulmans qu'il est leur représentant. Là également, le premier flic de France au menton prognathe oublie la séparation de l'État et de la mosquée. Exactement ainsi que le révèle le nègre et l'ancien bras droit du prétendu imam de Drancy, comme Nicolas Sarkozy a fait campagne dans les mosquées lors de la présidentielle de 2012 avec l'aide de Chalghoumi, toujours sous le coup d'une interdiction du territoire américain pour sa formation religieuse extrémiste, et du recteur de la Grande Mosquée de Paris.

 

La laïcité, nous dit a contrario la Cour de cassation, c'est la nounou qui l'a respectée et non la direction de la crèche soutenue par Manuel Valls et sa cohorte d'islamophobes, dont Jeannette Bougrab, l'ex-présidente de la Halde (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité), qui règle ses problèmes psychologiques et identitaires personnels sur la place publique. Monsieur le Ministre de l'Intérieur, vous faites fausse route, et comme on dit dans une maison que j'ai bien connue, force doit rester à la loi. Et il semble que dans votre département, l'Essonne, on en soit revenu aux attaques de diligence. C'est dire si vous avez du travail... On n'imagine pas Christiane Taubira, ministre de la Justice, commenter une décision du ministère de l'Intérieur.

Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 10:21

Implanté à Rennes, le conservatoire de l’école publique, qui propose de redécouvrir une classe à l’époque de Jules Ferry, se refuse à accueillir les classes des écoles privées.

 

La polémique

 

Avril 2011. Marie-France Beaugendre, enseignante d’une classe de CE1 de l’école Saint-Joseph de Chantepie, aimerait amener ses élèves visiter le Conservatoire de l’école publique situé au centre Alain-Savary à Rennes. Créé et géré par les délégués départementaux de l’éducation nationale d’Ille-et-Vilaine (DDEN 35), une association loi 1901, ce conservatoire invite à redécouvrir une classe d’antan avec ses pupitres, ses encriers et son instituteur avec son incontournable blouse.

 

« Sur le site internet de la DDEN 35, il était indiqué que ce conservatoire était ouvert à tous. Gratuit pour les élèves des écoles publiques et 2 € pour les autres. J’ai donc téléphoné pour prendre rendez-vous pour y amener mes élèves », explique Marie-France Beaugendre. La réponse de la DDEN 35 la laisse encore pantois. « On m’a répondu que le conservatoire ne recevait pas les groupes scolaires de l’enseignement privé ! » Merci et au revoir. « Je pensais alors à un malentendu et j’ai écrit à la DDEN 35 pour avoir des explications. Je n’ai toujours pas eu de réponse. »

 

Discrimination

 

Mais l’enseignante ne veut pas en rester là. « Est-il concevable, qu’en 2012, on puisse encore vivre un tel sectarisme et une telle discrimination ? » D’autant que dans son numéro trimestriel de début d’année, le magazine du département (Nous Vous Ille) consacre un reportage de deux pages à ce conservatoire et invite à s’y rendre

 

« On ne savait pas que ce conservatoire pratiquait cette discrimination », explique un porte-parole du département. Marie-France Beaugendre écrit d’ailleurs à Jean-Louis Tourenne, président du conseil général d’Ille-et-Vilaine, qui lui a répondu le 26 mars dernier : « Je comprends et partage la conviction qu’il faut nous mobiliser au service du bien vivre ensemble ». Et de préciser qu’il a lui-même écrit au président de la DDEN 35 pour avoir des explications.

 

« C’est dans nos statuts »

 

Contacté hier, Jean-Louis Robert, président de la DDEN 35, refuse de se justifier. « C’est dans nos statuts et c’est comme ça ! Nous ne voulons pas que des élèves de l’enseignement catholique puissent accéder à notre conservatoire… Nous défendons l’école publique et il n’est pas question d’accueillir des élèves du privé. D’ailleurs nous avons le soutien de l’inspection d’académie. »

 

Pourtant, dans les statuts de la DDEN 35, actualisés le 22 janvier 2011, aucun article ne précise que le conservatoire est interdit à l’enseignement privé. Également contacté, Jean-Yves Bessol, l’inspecteur d’académie, dément tout soutien à l’association : « Je ne valide pas ça ».

 

Sujet sensible

 

Quant à Jean-Michel Lemuet, président national de la fédération des délégués départementaux de l’éducation nationale, il affirme « s’étonner de cette pratique ». Et de préciser : « Vous savez, surtout en Ille-et-Vilaine, c’est encore un sujet très chaud les relations entre l’école publique et privée. Il y a encore beaucoup de tensions ! »

 

Reste une question : une association, même privée, a-t-elle le droit d’opérer une telle sélection ? « C’est du sectarisme, ce qui est moralement condamnable », répond un magistrat rennais que nous avons interrogé sur le sujet. « Sur le plan pénal, c’est moins évident. Reste que la DDEN 35 fait subir à des enfants une responsabilité qui n’est pas de leur fait. Ce sont leurs parents qui ont fait le choix de les inscrire dans le privé. »

 

Samuel NOHRA sur OUEST-FRANCE.fr

 

 

 

Notre commentaire, pour le Dimanche 22/04/12 le choix :

 

-soit la liberté du fric et des personnes,

 

-soit l'égalité des gens devant "des portes de prison" !!    

 

Enthousiasmant, NON ? 

 

 

  Réflexion le 19/05/12 :

 

La laïcité est un comportement qui demande bien du recul, et comme la justice, elle ne peut s'exercer sans une réflexion profondément humaniste.

 

"Les enfants, ce sont les mêmes à Paris ou à Göttigen..." comme l'a chanté l'artiste Barbara.

 

Une autre remarque s'impose : comme toute attitude altruiste, elle ne peut s'appuyer sur un quelconque mensonge, dire "c'est dans les statuts" si ce n'est pas écrit noir sur blanc...

 

Repost 0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 15:18

 

 

Voici ma conception personnelle :

 

 

Autant je serais intransigeante sur les principes fondamentaux,

 

- la séparation de l’Eglise et de L’Etat, il n’y a rien à changer ;

- l’enseignement public doit être pour tous, gratuit, obligatoire, nous avons des enseignants et des enseignantes exceptionnels qui devraient faire oublier les quelques canards boîteux ; on ne construit pas une politique sur les exceptions, les exceptions doivent être traitées comme des exceptions.

 

 

Il faut absolument revoir ces initiatives d’écoles privées, confessionnelles ou non ; à ce sujet le manque de compassion vis-à-vis des jeunes filles voilées n’a FAIT QU’AGGRAVER les situations et se crisper les positions institutionnelles ; je disais donc que si la règle doit être la séparation entre les institutions laïques et les privées, confessionnelles ou non, ma compassion est sans faille pour le parcours de CHAQUE PERSONNE. Car étiqueter une personne à un instant “t” de sa vie, surtout dans la jeunesse, est pour moi une très grave faute d’inhumanité. Toutes les personnes qui évoluent en idées un jour ou l’autre, vous diront que jamais quelqu’un n’aurait obtenu d’elles par autoritarisme ce qu’une rencontre de dialogue et d’humanité a pu faire d’inattendu sans rien imposer et parfois même sans avoir abordé ledit problème.

Repost 0

Présentation

  • : Coordonne6
  • Coordonne6
  • : Le blog a été créé le 14/06/2007 en vue d'un programme social, économique et politique nettement égalitaire, démocratique et à gauche. Toute présentation sur internet différente de la nôtre -notamment avec de nombreuses publicités- n'est pas de notre responsabilité. L'article fondateur de la coordination suite au 6 mai 2007 est le premier inscrit en date sur ce blog. La rédaction d'un programme arrimé à des principes fondamentaux et écrite en quatre ans est intitulée "programme de A à Z". A la lettre "N" nous tentons d'expliciter ce qu'est un "NON" avec un rappel des 55% de votants opposés à l'Europe de 2005. Monique Renouard Bretagne
  • Contact

Recherche