22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 11:27

Nous continuerons de répéter que les Centres de rétention Administratifs font partie de l'immonde.

 

Qu'une justice ne doit JAMAIS être administrative. 

Repost 0
Published by corde6 - dans droit d'asile
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 23:46
Orgueil??. Vanité de la gouvernance??
Repost 0
Published by corde6 - dans droit d'asile
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 10:50

Extrait de Libération

 

[...]

Yero était inscrit en CAP menuiserie à Paris. Mais du jour au lendemain, les services de l’aide sociale à l’enfance (ASE), en charge de sa protection, ont remis en doute son âge. Son destin a basculé en quelques heures, quand un médecin a réalisé des tests osseux, censés déterminer s'il était mineur ou majeur. Le praticien a conclu qu’il avait probablement plus de 18 ans. Donc majeur, donc expulsable. Quels sont ces tests qui ont décidé de l'avenir de Yero ? Pourquoi sont-ils décriés, à commencer par les médecins eux-mêmes ?

EN PRATIQUE, EN QUOI ÇA CONSISTE ?

Le protocole est le même depuis toujours. Le médecin, choisi par le parquet, interroge la personne pour savoir si elle a des antécédents dans sa famille, des maladies pouvant entraîner des retards de croissance par exemple. Puis passage sur la balance, mesure… La taille et le poids sont comparés à la courbe moyenne (celle du carnet de santé).

Ensuite, le médecin examine les parties génitales du jeune migrant pour voir s’il est pubère ou pas. Un œil dans la bouche pour vérifier si les dents de sagesse sont sorties. Puis, pour conclure, le fameux test osseux, qui se résume en une radio de la main et du poignet. L’idée est de regarder si les os sont soudés ou s’il reste encore du cartilage de croissance. Plus le cartilage a disparu, plus il y a de chance que la personne s’approche des 18 ans. Pour se faire une idée, le radiologue se rapporte aux clichés contenus dans l’atlas de référence, dit de Greulich et Pyle, du nom des deux médecins américains qui l’ont publié. C’était dans les années 1950, en se basant sur des radios de jeunes américains blancs…

CES TESTS SONT-ILS FIABLES ?

Non. Tout le monde semble d’accord sur ce point, à commencer par le corps médical.

[...]

 

Commentaires:

I) C'est odieux. Prendre un être humain pour un objet jetable ou non.

II) Ce serait bien de faire de même avec certains politiques pour apprécier le QI (quotient intellectuel). Malheureusement il n'est pas démontré que le QI soit en rapport avec l'état de maturité des os.

III) Après une telle information, personne ne pourra plus dire "Je n'savais pas"...

Repost 0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 18:09

Extrait du Monde.fr

(...)

Anne Giacoma, professeur d'histoire et géographie au collège où étaient scolarisées Leonarda, 15 ans, et sa grande sœur Maria, 17 ans, avoue son trouble devant l'annonce du président de la République. "C'est un choix terrible. On demande à cette petite de choisir entre son avenir, ses études et sa famille. Je comprend sa colère. C'est extrêmement douloureux."

 

CINQ ENFANTS SCOLARISÉS

Et d'autant plus difficile à comprendre que Leonarda n'est pas la seule de la fratrie dont le parcours scolaire a été brisé par l'expulsion de la famille Dibrani. Quatre de ses frères et sœurs, nés comme elle en Italie, étaient scolarisés dans des écoles du Doubs, depuis quatre ans pour trois d'entre eux.

Leonarda était en troisième "découverte professionnelle", Hasan, 5 ans, était en grande section de maternelle, Ronaldo, 8 ans, en CE2, Roki, 10 ans, dans une classe spéciale pour enfants présentant des troubles du comportement, et Maria, la plus grande des enfants scolarisés, venait cette année d'entrer en CAP "services" après avoir fait des stages à la cafétaria du supermarché Géant de Pontarlier et à la fromagerie de Levier. La petite fille du couple Dibrani, âgée de 17 mois, est née en France.

 

EMINA, LA GRANDE SŒUR, VIT TOUJOURS EN FRANCE

De la fratrie Dibrani, seule la grande sœur, Emina, aujourd'hui majeure, a pu rester en France.
Après avoir été scolarisée une année au collège de Pontarlier, elle s'est mariée à l'âge de 16 ans et a aujourd'hui un enfant, explique Anne Giacoma. "Elle n'a quasiment pas fait d'étude, et la voilà française. Ses deux petites sœurs ont voulu poursuivre leur scolarité, et elles sont explusées. On dit que l'école est là pour intégrer : mais si Maria s'était mariée au lieu d'entrer en CAP, elle serait aujourd'hui française !"

 

RESF DÉNONCE L'"HYPOCRISIE" DE HOLLANDE

"Hollande avait deux options : oui ou non. Il n'a évidemment choisi ni l'une ni l'autre. Et c'est la pire des solutions, d'une grande hypocrisie qui plus est, car on sait d'avance que cette petite refusera d'abandonner sa famille", explique Fabrice Riceputi, membre du Réseau éducation sans frontières de Besançon.

"Il faudra qu'on nous explique pourquoi Maria, qui est en CAP, ne peut pas rentrer, poursuit-il. Il s'agit d'une décision politique aberrante qui mécontente tout le monde : l'électorat lepénisé pensera toujours qu'on est trop généreux, et la gauche, la vraie, continuera de contester la reconduite à la frontière de la famille et de tous les enfants."

Repost 0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 13:02

Le sud de l’Italie connaît un nouveau drame lié à l’immigration. Jeudi, un bateau transportant entre 450 et 500 personnes a fait naufrage près de Lampedusa, en Sicile. Le navire a pris feu quand ses passagers, en grande partie des migrants somaliens, ont allumé des feux de détresse, avant de couler, a indiqué la maire de l’île, Giusi Nicolini, visiblement très affectée, à la chaîne d’information en continue Sky TG24. Le bilan humain est catastrophique : un porte-parole des garde-côtes a indiqué à l’AFP que 92 personnes étaient mortes tandis que 151 personnes avaient été sauvées. « Mais ils étaient plus nombreux que ça sur le navire. Les recherches sont encore en cours, pour retrouver des rescapés », a-t-il ajouté.

Des femmes et des enfants en bas âge

La maire de l’île Giusi Nicolini a précisé que plusieurs « enfants en bas âge » et des femmes figuraient parmi les victimes. Selon elle, les passagers du navire qui « transportait environ 500 migrants » ont allumé des feux de détresse pour signaler leur présence à des navires marchands. Le navire, en raison de la présence de fioul, a pris feu et a coulé. « Ils sont dans l’eau depuis l’aube ce matin », a-t-elle expliqué. « Il faut que les caméras de télévision viennent ici, montrent les cadavres, sinon c’est comme si ces tragédies n’existaient pas », a-t-elle lancé.

Le naufrage a eu lieu près de l’île des Lapins, un îlot situé à proximité de l’île de Lampedusa qui est plus proche des côtes nord-africaines que du reste de la Sicile. L’alerte a été donnée par deux bateaux de pêche qui se trouvaient dans la zone. Deux vedettes, l’une des garde-côtes et l’autre de la police douanière sont sur place pour venir en aide aux immigrés. Des hélicoptères et d’autres moyens aériens sont également mobilisés.

Le pape François a qualifié de « honte », au Vatican, le naufrage, et a appelé les croyants à prier pour eux et « tous les réfugiés » du monde. A la fin d’un discours dans lequel il évoquait l’encyclique « Pacem in Terris » (1963) du pape Jean XXIII et les défis de la paix d’aujourd’hui, le pape a ajouté à son discours: « je ne peux pas ne pas évoquer les nombreuses victimes de cet énième naufrage. La parole qui me vient en tête est la honte. C’est une honte », a-t-il lancé, interrompu par les applaudissements des membres du Conseil pontifical Justice et paix réunis avec leur cardinal ghanéen Peter Turkson. « Prions Dieu pour qui a perdu la vie, des hommes, des femmes, des enfants! Prions Dieu pour leurs familles et tous les réfugiés (...) Seule une collaboration déterminée peut permettre d’éviter de telles tragédies », a-t-il ajouté.

 

sur Les Echos.fr (extrait)

Repost 0
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 14:06

Non content de démanteler des camps de Roms, de mettre à la rue des familles, et d'en expulser plusieurs centaines, Manuel Valls s'en prend maintenant à un père de famille en France depuis 16 ans, qui sera expulsé le 26 août si nous ne manifestons pas en masse notre indignation devant cette nouvelle atteinte aux droits de l'enfant.
Mr Bajlinder Singh, de nationalité indienne, depuis 16 ans en France, a été arrêté et placé en rétention au CRA (centre de rétention administrative) de Vincennes, le 7 août.
Sa femme l'a rejoint définitivement en France en 2009. Ils ont deux enfants, l'aîné, né en 2005 est scolarisé à l'école élémentaire Paul Vaillant Couturier à Bagnolet (93), le plus jeune, âgé de 2 ans, est né ici.
Il est déjà passé au Tribunal Administratif qui a confirmé l'OQTF (obligation à quitter le territoire français) émise par la préfecture de police de Paris, puis devant le Tribunal de Grande Instance de Paris qui l'a maintenu en rétention.
Présenté au consulat de son pays le 14/08, il peut donc être mis dans un avion à tout moment.

Repost 0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 10:43

 

4 juin 2012

GERVAIS GANTCHOU, PERE DE DEUX ENFANTS FRANÇAIS SERA-T-IL LE PREMIER PERE DE FAMILLE EXPULSE PAR FRANCOIS HOLLANDE ?

 

Gervais Gantchou, camerounais, 30 ans, père de deux enfants français, à son 45e jour de rétention a été prévenu ce matin par la police d'avoir à préparer ses affaires pour être conduit au tribunal à Meaux. Mensonge manifeste ! Il est en partance pour Roissy. A 10h30, il sera monté de force dans un avion pour le pays où il a perdu ses parents à l'âge de 6 ans, où il a connu une vie de misère avant d'être recueilli dans un orphelinat et, à 18 ans de rejoindre son frère en France.

 

Sans papiers, travaillant comme il pouvait, il a commis deux délits qui lui ont valu des peines de prison. Il les a faites, sa dette à la société est payée.

 

Il a deux enfants français (10 ans et 5 ans). S'il voit moins l'aînée, il s'occupe régulièrement de la seconde (scolarisée dans le 91) ainsi qu'en témoigne sa mère.

 

Contacté jeudi dernier, (Gervais Gantchou devait être expulsé vendredi), le cabinet de Valls avait accepté de suspendre l'expulsion de 24 heures pour étudier le dossier, puis le lendemain de 24 heures encore. Il s'était d'autre part engagé à nous informer de sa décision. Ce qui n'a pas été fait. Mensonge encore.

 

Le sort de Gervais Gantchou est désormais entre ses mains et aussi entre les mains de celles et de ceux qui des années durant ont manifesté leur solidarité avec les parents d'enfants scolarisés expulsés par Sarkozy et qui n'accepteront pas de Hollande ce qui ne l'était pas de Sarkozy. La loi, les méthodes, les comportements doivent changer. Maintenant.

  

 

Ne pas accepter de Hollande ce qui était le plus odieux chez Sarkozy

Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 17:41

sur Le Point.fr

 

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, a annoncé lundi que sa première mesure serait de demander le retrait de la "circulaire Guéant" sur les étudiants étrangers. "C'est une urgence. C'est une urgence en termes humains, mais aussi en termes de rayonnement et de partage de la connaissance", a déclaré la ministre lors d'une conférence de presse au siège du CNRS à Paris. Le Collectif du 31 mai, regroupant des étudiants étrangers victimes de la "circulaire Guéant", avait adressé la semaine dernière un courrier de "félicitations" au président François Hollande qui avait promis d'abroger rapidement cette circulaire.

 

 

La circulaire du 31 mai 2011 de l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant, restreignant la possibilité pour des diplômés étrangers d'obtenir un statut de salarié après leurs études, avait provoqué une levée de boucliers notamment dans les universités, mais aussi des réserves au sein du patronat. Le texte contesté demandait aux préfets d'instruire "avec rigueur" les demandes d'autorisation de travail des étudiants et d'exercer un "contrôle approfondi" des demandes de changement de statut des étudiants étrangers. Une nouvelle circulaire adoptée le 12 janvier a assoupli théoriquement les conditions pour les diplômés étrangers voulant travailler en France.

Repost 0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 21:37

Des échauffourées ont éclaté samedi dans un quartier situé à la limite d'Arnouville, Gonesse et Villiers-le-Bel, dans le Val-d'Oise. D'après les éléments recueillis sur place, il s'agirait d'une interpellation qui aurait mal tourné. Onze personnes de la communauté kurde ont été blessées et transportées à l'hôpital de Gonesse, selon le maire PS de cette ville, Jean-Pierre Blazy.

SUR LE MÊME SUJET

 

Des évènements de même nature se sont produits au même moment dans l'Essonne, à Evry

«Deux personnes ont été interpellées à Evry et une à Arnouville dans le cadre d'une enquête préliminaire, ouverte par la parquet de Paris, et confiée à la sous-direction anti-terroriste (SDAT)», a annoncé dans la soirée une source judiciaire, sans préciser leur identité.

Voiitures caillassées, poubelles incendiées

Tout aurait commencé dans la matinée, vers 10 heures, lorsque des policiers ont effectué une perquisition au Centre culturel d'Arnouville «Le Refuge», 11 rue Jean-Jaurès, près de la gare d'Arnouville-Villiers-le-Bel-Gonesse, et interpellé deux ressortissants kurdes. Les forces de l'ordre auraient été empêchées d'intervenir par d'autres membres de la communauté et l'arrestation aurait dégénéré. Dans la rue, les voitures des policiers été caillassées et des poubelles incendiées en début d'après-midi. Des magasins ont baissé le rideau. Un subit accès de violence qui a nécessité le déploiement d'un important dispositif de sécurité.

De nombreux CRS casqués et équipés de gilets pare-balles ont été appelés en renfort pour contenir les débordements. Environ quarante voitures de police, des camions de pompiers et un hélicoptère de de la sécurité civile ont été déployés sur place, alors que d'autres ressortissants kurdes, parmi lesquels de nombreux jeunes, arrivaient pour prêter main forte à leur compatriotes. L'accalmie n'est intervenue qu'après plusieurs heures de heurts. Vers 15h45, le plus gros du dispositif de sécurité a pu être levé.

«C'était très impressionnant, raconte une habitante du quartier dont le pavillon se situe à proximité du centre. Quand les violences ont commencé les policiers étaient peu nombreux, il y avait une cinquantaine de manifestants tout au plus, et à la fin ils étaient au moins deux cents !» Cette habitante a constaté les dégâts. «Le quartier est dans un état pitoyable, la poubelle de mon voisin s'est retrouvée de l'autre côté de la rue et ma cour était jonchée de cailloux. Le gaz lacrymogène est entré jusque chez moi, j'ai dû déplacer mes enfants à l'étage... Plusieurs voitures de policiers et de particuliers ont été caillassées, c'était vraiment inquiètant, ça m'a fait penser à ce qui s'est passé à Villiers-le-Bel, de l'autre côté de la gare, il y a trois ans.

«Des gaz lacrymogènes en présence des enfants»

Contacté par leparisien.fr, Daniel Auguste, élu délégué au commerce et à l'artisanat à Villiers-le-Bel, confirme les circonstances de la descente de police. «Ils venaient chercher deux personnes au moment où il y avait un cours de danse folklorique pour les enfants. L'ambiance était très tendue, la police a utilisé des gaz lacrymogènes en présence des enfants et ça a dégénéré. Après ça, il y a eu des commerces saccagés, des feux allumés un peu partout.... Les forces de l'ordre ont déployé un dispositif très conséquent. Je n'ai pas vu une présence policière aussi importante depuis 2007, même s'ils ne sont quand même pas aussi nombreux qu'à cette époque...» .

Dans un communiqué diffusé samedi, le Parti communiste estime que «la France se couvre de honte en utilisant contre ces hommes les mêmes pratiques que celles qu'ils ont fuies en quittant la Turquie». Il demande la libération immédiate des militants kurdes et l'arrêt des violences sur leurs soutiens. Selon le PCF et le président de la Maison culturelle kurde d'Arnouville, l'homme interpellé samedi dans cette ville est Nedim Seven, membre actif du PKK, considéré comme un groupe «terroriste» par de nombreux pays. Les sources policières et judiciaires n'avaient pas pu confirmer l'information samedi soir.

Nedim Seven «s'est déjà vu refuser l'autorisation d'entrer à l'Assemblée nationale lundi dernier pour participer à un colloque», a ajouté le PCF dans un communiqué. Le président de la Maison culturelle kurde d'Arnouville, Maxime Tosun, présent lors de l'interpellation, décrit son association comme «culturelle et folklorique». «Quand les policiers sont entrés, a-t-il ajouté, ils nous ont demandé de nous mettre par terre. Il y a avait des femmes et des enfants. Une femme a reçu un coup de matraque».

A Evry aussi, des interpellations dégénèrent

A Evry, peu après 14 heures, une cinquantaine de personnes se sont attaqué aux policiers, place des Miroirs, dans le quartier des Pyramides. A l’aide de pierres, de morceaux de fer ou de bois, ces hommes âgés d’une quarantaine d’années ont caillassé les agents présents sur place. Vers 15 heures, les manifestants, qui s'étaient déplacés devant le restaurant McDonald's situé près du centre commercial Evry II, ont de nouveau lancé des projectiles sur les policiers. Ceux-ci ont riposté avec des tirs de flash-ball et de grenades lacrymogènes. Aucun blessé n’est à déplorer dans les rangs des fonctionnaires. Un individu a été interpellé. Les forces de l'ordre ont sécurisé les abords de l'hôtel de police.

Trois personnes ont été très légèrement blessées dans ces heurts, selon l'AFP, mais ont refusé d'être prises en charge par les pompiers. Le cortège, qui a atteint une centaine de personnes, s'est ensuite dissous dans le calme.

Là aussi, comme dans le Val d'oise, c'est l'interpellation par la police de deux personnes d'origine kurde qui serait à l'origine de ces échauffourées.

LeParisien.fr

Repost 0
Published by corde6 - dans droit d'asile
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 17:36

Les sénateurs ont refusé, mercredi 30 mars en commission des Lois, de restreindre la possibilité de droit au séjour pour les sans-papiers atteints de pathologies graves, défaisant ainsi une mesure adoptée par les députés. Les sénateurs ont adopté, à une large majorité, un amendement supprimant la disposition votée par l'Assemblée nationale.

 

Cette disposition, présente dans le projet de loi initial du gouvernement, avait déjà été supprimée en première lecture par le Sénat mais rétablie en seconde lecture par l'Assemblée le 15 mars dernier. Une modification dangereuse selon les associations de défense des étrangers, 28.000 étrangers malades risqueraient ainsi aujourd'hui "l'expulsion et une interruption brutale de soins".

 

Les sénateurs ont jugé que la modification introduite par les députés était "inutile" car, selon eux, "on ne constate pas de tourisme médical". Ils ont de plus estimé que cette modification était "dangereuse pour les étrangers malades comme pour la population française et coûteuse pour les finances publiques

 

sur Nouvelobs.com

Repost 0
Published by corde6 - dans droit d'asile
commenter cet article

Présentation

  • : Coordonne6
  • Coordonne6
  • : Le blog a été créé le 14/06/2007 en vue d'un programme social, économique et politique nettement égalitaire, démocratique et à gauche. Toute présentation sur internet différente de la nôtre -notamment avec de nombreuses publicités- n'est pas de notre responsabilité. L'article fondateur de la coordination suite au 6 mai 2007 est le premier inscrit en date sur ce blog. La rédaction d'un programme arrimé à des principes fondamentaux et écrite en quatre ans est intitulée "programme de A à Z". La lettre "i" nous a inspirés pour parler d'investissement. A la lettre "K" nous sommes keynésiens c'est-à-dire pour le maintien du pouvoir d'achat et d'une saine consommation. Ce qui fait fonctionner normalement le cercle économique. Pour le "N" nous tentons d'expliciter ce qu'est un "NON" avec un rappel des 55% de votants opposés à l'Europe de 2005. Monique Renouard Bretagne. Nous exprimons nos condoléances à toutes les victimes des attentats avec une grande tristesse en évitant d'exciter la haine et en appelant les gouvernants à ne pas se tromper de cible. 19 août 2017.
  • Contact

Recherche