5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 10:36

Réaffirmant sa "détermination face à une réforme gouvernementale qui demeure injuste, inefficace", l'intersyndicale a appelé "en écho aux préoccupations des salariés" à "un nouveau rendez-vous national de mobilisation dans la semaine du 22 au 26 novembre dont les modalités et le contenu seront déterminés lors de la réunion du lundi 8 novembre". Ce communique commun n'a pas été signé, comme à chaque fois par FO, toujours favorable à une grève nationale interprofessionnelle de 24 heures.

Pour la CGT, qui avait insisté mercredi sur une nouvelle journée de mobilisation nationale, "ce nouveau rendez-vous sera une journée d'action et de mobilisation" à l'instar des précédentes. "Tout cela sera clarifié lundi", a-t-elle assuré.

 

"L'unité perdure" malgré les "incertitudes"

A l'issue de la réunion qui s'est tenue pendant plus de trois heures au siège de la CFE-CGC, elle s'est aussi montrée satisfaite de la décision de l'intersyndicale qui scelle une nouvelle fois "l'unité qui perdure" entre les syndicats, à l'unisson avec d'autres responsables syndicaux sur ce point.

En revanche, le numéro deux de la CFDT Marcel Grignard a prévenu: "Nous n'envisageons ni des mobilisations massives avec des grèves ni des manifestations partout". "On ne va pas se mobiliser sur les retraites tous les jours jusqu'à je ne sais pas quand", a-t-il commenté. Selon lui, les syndicats vont se retrouver lundi "parce que tout le monde a besoin de voir comment sera la mobilisation samedi", faisant état d'"incertitudes" sur son ampleur.

D'autres chefs de file de l'intersyndicale se sont aussi montrés réservés sur une nouvelle grande journée de grèves et de manifestations nationales après les défilés prévus samedi. "Il ne faut pas avoir des modalités d'action qui ne correspondraient pas à la situation", a estimé Jean Grosset (Unsa).

 

"La réforme reste tellement impopulaire"

Pour la CFTC, Joseph Thouvenel a expliqué que son syndicat "va regarder avec beaucoup d'attention la mobilisation de samedi, on verra si les Français veulent continuer le même type de mobilisation ou s'ils sont usés".

Dans le camp des plus déterminés, la secrétaire générale de la FSU Bernadette Groison a assuré que "nous n'en aurons pas fini avec la question des retraites même si nous arrivons à la fin d'un processus". Pour Annick Coupé de Solidaires, "la réforme reste totalement impopulaire, le gouvernement isolé" et "il est extrêmement important de réussir la journée du 6 (samedi) pour montrer que la mobilisation perdure".

 

Le verdict du Conseil constitutionnel

Depuis la rentrée, sept journées de mobilisation contre la réforme phare de la seconde partie du quinquennat de Nicolas Sarkozy ont fait massivement descendre dans la rue les Français. La dernière, le 28 octobre, avait marqué un net reflux sur fond d'arrêt des grèves, notamment dans le secteur des raffineries.

Alors que le texte adopté par le Parlement attend, avant d'être promulgué, le verdict du Conseil constitutionnel, saisi par le PS, des salariés de divers secteurs ont bloqué jeudi les accès à plusieurs aéroports, dont ceux de Roissy, Toulouse, Clermont-Ferrand, Nantes.

Peu mobilisés jeudi pour la rentrée après la Toussaint, les lycéens sont appelés par leurs organisations comme par celles des étudiants à défiler samedi.

Au-delà des retraites, les syndicats comptent désormais "poursuivre leur "travail commun" sur l'emploi, les salaires, le pouvoir d'achat et les conditions de travail", une manière de préparer l'après conflit des retraites.

 

Nouvelobs.com

Repost 0
Published by corde6 - dans luttes sociales
commenter cet article
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 14:42

A deux jours de la huitième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, les actions de protestation se poursuivent, notamment dans les transports. Quatre fédérations des transports (CGT, CFDT, FO, CFTC) ont appelé à une journée d'action ce jeudi.

 

Les accès en voiture et en car à l'aéroport de Roissy sont perturbés par environ 400 manifestants. Drapeaux à la main, ils circulent entre les aérogares, ralentissant fortement la circulation depuis 10h30. Les manifestants -des employés d'aéroports de Paris (ADP), d'Air France, de la DGAC ou d'entreprises sous-traitantes- étaient réunis derrière une banderole portant l'inscription «Unis pour gagner. La retraite à 60 ans». «L'histoire a montré qu'une loi votée pouvait être retirée, nous ne lâcherons rien», a déclaré Fabrice Criquet, délégué FO Roissy. Une longue file de voitures commençait à se former en fin de matinée alors que le cortège bloquait l'accès entre le terminal F et les terminaux 2 A, B, C, D.

 

A Nantes également, l'accès à l'aéroport a été partiellement bloqué jeudi matin dès 5h. Les manifestants ont bloqué l'un des ronds-points d'accès à l'aéroport. Les bretelles d'accès aux périphériques intérieur et extérieur ont été fermées. Une déviation par une départementale a cependant été mise en place par la direction de l'équipement pour permettre l'accès des voyageurs en voiture à l'aéroport.

 

Les 300 à 450 manifestants toulousains ont provoqué d'énormes embouteillages dans l'gglomération -une trentaine de kilomètres de bouchons-, en bloquant les accès à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Occupant trois ronds-points à partir de 5h, ces enseignants, cheminots, salariés de la régie de transport toulousaine Tisséo, des douanes, de l'aviation civile ou encore d'Air France, se sont dispersés au bout de 4h. «On a décidé de bloquer l'aéroport pour atteindre les décideurs qui prennent les vols du matin», déclarait à l'AFP Eric Genest, secrétaire CGT Air France. (Lire aussi sur Libé Toulouse).

 

A l'aéroport de Clermont-Ferrand-Auvergne, quelque 150 syndicalistes CGT ont bloqué les accès entre 5h et 9h. Selon la CGT-transports, des barrages filtrants avec distribution de tracts ont en outre été mis en place aux abords des aéroports d'Orly et de Bordeaux en début de matinée. Des militants qui avaient distribué des tracts au marché de Rungis (Val-de-Marne) au petit matin se sont joints à l'action à Orly.

La fédération a par ailleurs recensé 50% de grévistes à l'aéroport de Châteauroux (Indre), et des débrayages à Lyon et Marseille.

 

A l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, des retards de vols ont été enregistrés.

Air France avait prévu d'assurer l'ensemble de son programme sur le territoire mais prévenu que des retards seraient possibles.

 

A Brest, c'est le port de commerce qu'une soixantaine de manifestants ont ciblé. Un «collectif contre l'injustice sociale» a bloqué partiellement jeudi matin les accès routiers au port. Ils ont mis en place des barrages filtrants, retenant les poids lourds mais laissant circuler les voitures. Cette tentative de «blocage économique», selon les termes des manifestants dont des militants de Force ouvrière et des jeunes, a pris fin vers 8h30 avec l'intervention des gendarmes mobiles, qui les ont délogés des ronds-points sans heurts.

 

A Guéret, dans la Creuse, une quarantaine de personnes bloquent depuis 6h30 un dépôt pétrolier, avec l'intention d'y rester pour la journée.

 

Par ailleurs, l'Union française des industries pétrolières (UFIP) affirme que le mouvement social a coûté 230 millions d'euros à l'industrie du raffinage.

 

Une intersyndicale se tient cet après-midi. Réunion au cours de laquelle la CGT doit proposer la tenue d'une nouvelle journée d'action nationale. Un rassemblement de lycéens à l'appel de l'Union nationale lycéenne est également prévu à 14h30, à la fac de Jussieu, à Paris.

 

Libération

Repost 0
Published by corde6 - dans luttes sociales
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 09:13

sur le site LeParisien.fr

 

Interview de Jean-Louis Borloo par Le Parisien

 

Vers un Grenelle de la fiscalité ?

 

S'il estime qu'«on ne peut évidemment pas l'appliquer à tout, en particulier aux retraites», Borloo explique que «cette méthode est applicable à de nombreux domaines de la vie quotidienne des Français» et notamment à la «fiscalité», qui devrait être l'un des derniers grands chantiers du quinquennat du président Sarkozy.

 

«Aujourd'hui, les mesures fiscales sont parfois vécues par les Français comme opaques et injustes. Si on doit réformer la fiscalité en profondeur, ça ne peut pas être l'affaire uniquement de spécialistes», déclare celui qui est aussi président du Parti radical et vice-président de l'UMP.

 

«Ce sont des choix sociaux-économiques tellement cruciaux qu'il faut y associer dans le cadre d'un Grenelle le monde économique, les syndicats, les collectivités pour définir ensemble les grands choix de la France et ne pas se limiter à la question de l'ISF ou du bouclier fiscal», ajoute-t-il.

 

«Je n'ai jamais évoqué la question du remaniement avec le président»

 

Assurant qu'«il ne peut pas y avoir de croissance sans consensus social», le ministre de l'Ecologie affirme vouloir défendre «cette vision quelle que soit (sa) place et où (qu'il soit) demain». Il réfute une nouvelle fois avoir «jamais évoqué la question» de sa nomination à Matignon avec Nicolas Sarkozy.

 

«C'est sa décision pure. Il s'agit d'un choix politique, non d'un recrutement et encore moins d'une candidature» a dit Borloo. Concernant sa nouvelle coiffure, largement commentée dans la presse, le ministre s'explique: «j'ai simplement pris de bonnes résolutions pendant les vacances d'été, comme se remettre au sport...»
 

Une interview à lire intégralement ce mardi dans Le Parisien et Aujourd'hui-en-France.

 

 

Commentaire :

 

Serions-nous trop nombreux, trop jeunes, trop vieux ou trop c..s pour qu'on nous refuse un Grenelle des retraites, de l'emploi et des salaires ??

 

 

Repost 0
Published by corde6 - dans politique
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 11:14

Sur LaTribune.fr

 

Le ministère de l'Economie a rappelé ce lundi 1er novembre qu'entre en vigueur ce jour les mesures de la loi du 1er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation destinées à mieux accompagner les personnes surendettées et à les aider à rebondir.

 

Bercy en précise les principales mesures.

 

Faciliter le rebond des personnes surendettées - À partir du 1er novembre, la durée des plans de surendettement est réduite de 10 à 8 ans. Les délais d'inscription au fichier FICP des incidents de remboursement sont réduits de 8 à 5 ans suite à une Procédure de rétablissement personnel et de 10 à 5 ans dans le cas d'un plan de remboursement suite à une procédure de surendettement. La réduction des délais d'inscription est applicable aux personnes déjà inscrites au FICP aujourd'hui : ce sont environ 120 000 personnes inscrites au fichier au titre du surendettement qui vont être désinscrites à partir d'aujourd'hui 1er novembre.

 

Mieux accompagner les personnes surendettées - À partir du 1er novembre, les procédures de surendettement sont accélérées. La Banque de France a 3 mois au lieu de 6 pour décider de l'orientation des dossiers de surendettement. La durée de 95% des procédures de rétablissement personnel est réduite de 1 an et demi à 6 mois environ.

A partir du 1er novembre, les voies d'exécution ouvertes aux créanciers contre les biens des personnes surendettées sont suspendues à partir de la recevabilité des dossiers de surendettement. Toujours à partir de la recevabilité, la loi prévoit également que le juge peut suspendre les procédures d'expulsion logement. A partir du 1er novembre, la loi impose aux banques d'assurer la continuité des services bancaires des personnes surendettées.

 

Aider les personnes surendettées à trouver des solutions - À partir du 1er novembre, les commissions de surendettement ne pourront plus refuser aux personnes surendettées qui sont propriétaires de leur logement l'accès aux procédures de surendettement.

 

Renforcer les droits des personnes inscrites au fichier FICP - À partir du 1er novembre, les consommateurs pourront consulter le fichier à distance par courrier. La loi encadre strictement l'usage que les banques peuvent faire de l'information contenue dans le fichier qui ne pourra plus être utilisé à des fins de démarchage commercial.

 

Commentaire :

 

I) C'est le moins qui puisse être fait.

 

II) Ce sont aussi toutes ces raisons qui feront que nous continuerons à nous mobiliser pour une augmentation SUBSTANTIELLE des salaires. Les gens ne peuvent plus se loger et vivre normalement.

 

Repost 0
Published by corde6 - dans luttes sociales
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 11:24

Consultez le site de la CGT Paris.

Vous y trouverez de plus amples informations et de magnifiques photos de la manifestation parisienne du 28 octobre dernier !

PROCHAINES MOBILISATIONS

MERCREDI 3 NOVEMBRE
RASSEMBLEMENT A PARTIR DE 12 HEURES
DEVANT LE MEDEF REGIONAL
55 avenue Bosquet, Paris 7ème
métro Ecole Militaire 
 

Tract de l'Union Régionale Ile de France : LIEN  

SAMEDI 6 NOVEMBRE
MANIFESTATION A 14 H 30
REPUBLIQUE BASTILLE NATION
Rendez-vous CGT BD du Temple et Rue Jean-Pierre Timbaud
Ordonnancement CGT : UD 75 - UD77 - UD93 - UD 78 -
UD 91 - UD 95 - UD 94 UD 92

PROCHAINE REUNION DE L'INTERSYNDICALE : 4 NOVEMBRE A 17 H 30
Repost 0
Published by corde6 - dans luttes sociales
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 11:06

 

Sur le site de LaVoixduNord

 

"Le jour de vérité ", titraient en une des quotidiens locaux. Quelque 5,7 millions d'électeurs devront départager aujourd'hui 14 candidats, dont les trois ténors de la politique ivoirienne, pour la première fois opposés : le président sortant Laurent Gbagbo (65 ans), l'ex-chef de l'État Henri Konan Bédié (76 ans) et l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara (68 ans). ...

 

Le scrutin est censé mettre fin à la crise née du putsch manqué de 2002, qui a entraîné une guerre et coupé le pays en un Sud loyaliste et un Nord tenu par l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) de Guillaume Soro, Premier ministre depuis l'accord de paix de 2007.

Alors que des retards dans les préparatifs ont jusqu'à récemment fait planer le doute, la Commission électorale indépendante (CEI) tâchait hier de parachever l'organisation du jour J.

Vu l'importance de l'enjeu et les passions toujours vivaces, l'élection suscite à l'intérieur comme à l'extérieur « une grande inquiétude », selon l'expression d'un proche de M. Soro.

 

Si la campagne électorale, close vendredi dans la liesse à Abidjan par MM. Gbagbo et Ouattara, chacun de son côté, n'a pas été émaillée d'incidents majeurs, certains s'attendent à quelques accrocs lors du scrutin.

Mais c'est surtout la période qui suivra, jusqu'à l'annonce des résultats, qui alimente les craintes. Chaque camp s'est déjà dit certain de sa victoire.

La CEI a trois jours pour proclamer les résultats provisoires mais elle a pour « ambition » de les « donner dans la journée de lundi », indique l'un de ses vice-présidents, Amadou Soumahoro.

À la CEI comme dans l'équipe du Premier ministre, on estime qu'il faut annoncer au plus vite les résultats pour ne pas laisser un camp ou un autre proclamer, sur la base de ses propres comptages, sa « victoire » ou sa qualification pour le second tour (théoriquement prévu deux semaines plus tard).

Tensions

Laurent Gbagbo dit craindre des « violences » liées au scrutin. Elles « viendront de ceux qui perdront. Et comme ce n'est pas moi qui vais perdre... » Signe des tensions à l'approche du vote, la décision des autorités de suspendre d'aujourd'hui à mardi la diffusion des SMS a été vivement dénoncée par l'opposition. « Présage d'une volonté manifeste » du camp Gbagbo de « manipuler les résultats », a-t-elle accusé.

La France, ex-puissance coloniale, s'est dite « vigilante » et le président américain Barack Obama a appelé à la tenue d'une élection « pacifique ».

Repost 0
Published by corde6 - dans international
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 20:47
14h07
Agrandir

Paris

Repost 0
Published by corde6 - dans justice
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 16:06

Des militants CGT ont bloqué pendant quelques heures mercredi les expéditions de la raffinerie de pétrole de Reichstett, près de Strasbourg. Une trentaine de militants se sont retrouvés vers 8 h 30 devant la raffinerie, empêchant les camions de transports de carburant d'entrer ou de sortir du site. Ils ont quitté le site après trois heures de blocage et entamé une opération escargot vers le centre-ville de Strasbourg où ils se sont dispersés.

  • Les transports grenoblois fortement perturbés

La société des transports de l'agglomération grenobloise (Semitag) annonce mercredi que très peu de lignes de bus fonctionnent, en raison d'un "mouvement social externe à la Semitag", bloquant le dépôt de bus de Sassenage.

  • L'incinérateur de Fos-sur-Mer bloqué par des manifestants

Au lendemain de la reprise du travail des éboueurs à Marseille, environ 250 personnes bloquaient mercredi matin les accès à l'incinérateur de Fos-sur-Mer, qui traite les déchets de l'agglomération marseillaise, à l'appel de la CGT. Des agents territoriaux, des agents portuaires, des agents de sécurité participaient à l'action organisée par les unions locales CGT du golfe de Fos, aux côtés d'enseignants du syndicat FSU. "On est là pour montrer que le mouvement n'est pas mort ; au contraire, il faut qu'il se renforce", a déclaré Olivier Mateu, de la CGT, précisant que la durée de l'action dépendrait de l'envoi des forces de l'ordre.

  • A Tours, les bus bloqués, mercredi matin

Le principal dépôt des bus de Tours a été bloqué pendant plus de cinq heures, mercredi matin, par des manifestants. Selon la police, environ 80 personnes se sont retrouvées vers 5 heures à l'entrée du dépôt de la société Fil Bleu à Saint-Pierre-des-Corps, empêchant tout mouvement des bus. Le blocage a été levé après 10 heures, sans intervention de la police, a annoncé la compagnie Fil Bleu. Le trafic a été fortement perturbé à l'heure de pointe et seules huit lignes ont fonctionné, sur un total de 32. Le deuxième dépôt de la société, situé à Tours-Nord, a continué à fonctionner normalement, assurant une partie des dessertes. Le dépôt de Saint-Pierre-des-Corps avait déjà été bloqué pendant plusieurs heures jeudi dernier par des manifestants extérieurs.

  • 20 % des stations-service ont des difficultés d'approvisionnement

Selon l'UFIP et le ministère de l'énergie, une station-service sur quatre était peu ou pas approvisionnée, mardi soir. De son côté, le site Carbeo.com a recensé 4 000 stations (sur 12 300) signalées fermées ou en rupture d'approvisionnement (voir notre point sur la situation du carburant).

 

Sur le site LeMonde.fr

Repost 0
Published by corde6 - dans luttes sociales
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 15:18

La version définitive du projet de loi a été mise au point lundi par la commission paritaire mixte, chargée de réconcilier le texte approuvé par l'Assemblée nationale le 15 septembre et celui voté par le Sénat le 22 octobre.

 

De son côté, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault a annoncé son intention de déposer un recours contre le projet de loi devant le Conseil constitutionnel. Selon le président du groupe socialiste au Sénat, Jean-Pierre Bel, « la Constitution garantit les droits des travailleurs et lorsqu'il y a une régression aussi manifeste que ce texte semble l'indiquer (...) Il est de la responsabilité du Conseil constitutionnel d'en vérifier la normalité par rapport à notre loi suprême ».

 

La loi ne pourra être promulguée qu'une fois la décision des Sages rendue. Dimanche, le conseiller de l'Elysée en charge du social, Raymond Soubie, avait évoqué la date du « 15 novembre ».

 

Sur le front de la mobilisation contre la réforme, l'UNEF, premier syndicat étudiant, a tenté d'entretenir la flamme en appelant à des rassemblements mardi dans une vingtaine de villes, dont un à proximité du Sénat à Paris qui a rassemblé près d'un millier de personnes dans l'après-midi, selon la police. Des rassemblements étaient également annoncés à Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Nice, Reims, ou encore Toulouse, dans l'attente de la nouvelle journée de grèves et de manifestations interprofessionnelles prévue jeudi.

 

Celle-ci s'annonce délicate pour les syndicats alors que la mobilisation semble s'essouffler dans les raffineries, secteur phare de la contestation depuis deux semaines.

 

La réforme repousse de 60 à 62 ans l'âge légal de départ à la retraite entre juillet 2011 et 2018, à raison de quatre mois par génération, et porte à 67 ans (au lieu de 65 ans aujourd'hui) l'âge où les travailleurs ont droit à une pension sans décote, même s'il leur manque des trimestres de cotisation.

Repost 0
Published by corde6 - dans retraite
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 15:13

Les salariés de trois raffineries ont voté lundi la fin de la grève, alors que le mouvement est reconduit dans les neuf autres sites de l'Hexagone, notamment chez Total, a-t-on appris auprès des syndicats et des directions.

 

« La fin de la grève a été votée à Fos-sur-Mer (Rhône) ce week-end et à Port-Jérôme Gravenchon (Seine-Maritime) aujourd'hui (lundi) », a indiqué une porte-parole de la direction d'Esso, en précisant que le groupe était toutefois « en attente de brut  » pour pouvoir reprendre la production. « Nous avons perdu une bataille, mais pas l'essentiel: pouvoir s'exprimer contre cette réforme, et on ne baissera pas les bras », a déclaré Laurent Delaunay, délégué CGT chez Esso.

A la raffinerie de Fos, les expéditions, qui étaient bloquées depuis le 12 octobre, vont pouvoir reprendre, mais le site, également affecté par la grève sur les terminaux pétroliers de la région marseillaise, « est en débit minimum depuis le début du conflit  », a précisé la direction. A Port-Jérôme Gravenchon, touché par la grève depuis le 15 octobre, « des unités sont arrêtées et sont en attente de brut pour redémarrer », a indiqué la porte-parole.

 

Grève reconduite sur les sites de Total

 

A Reichstett, près de Strasbourg, la grève était liée à l'avenir du site que Petroplus a décidé de transformer en lieu de stockage. L'approvisionnement en brut fait également défaut. Les salariés ont décidé lundi de reprendre les expéditions de produits déjà raffinés et stockés sur le site, en échange d'un engagement de la direction à se fournir en brut pour faire redémarrer le site jusqu'à ce que la décision d'arrêt du raffinage soit entérinée.

« Si l'actionnaire ne faisait pas tout ce qui est possible pour arriver à ce fait, d'autres actions beaucoup plus dures seraient entreprises par les salariés », a averti l'intersyndicale. La production ne reprendra qu'au plus tôt la semaine prochaine, a indiqué le représentant CFDT Jean-Luc Bildstein. Dans les autres raffineries, le mouvement se poursuit. Sur les sites Total (La Mède, Feyzin, Grandpuits, Gonfreville, Donges et Dunkerque), la grève est reconduite, a indiqué lundi un responsable CFDT, Jean-Michel Maton. Lundi, des assemblées générales se sont prononcées dans ce sens à La Mède (Bouches-du-Rhône), Grandpuits (Seine-et-Marne) et Gonfreville (Seine-Maritime).

 

Référendum

 

Le mouvement avait été reconduit dès vendredi pour une semaine à Donges (Loire-Atlantique) et « sans date butoir » à Feyzin (Rhône). Le site des Flandres (Nord), où l'activité raffinage doit définitivement cesser, ne produit plus de produits raffinés depuis un an. A la raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime), propriétaire de Petroplus, la grève a été reconduite jusqu'à mercredi 13 H 00, a indiqué Yvon Scornet, délégué CGT, et « un référendum va être organisé pour consulter l'ensemble des salariés d'ici là ». Enfin, le mouvement a été reconduit lundi dans les raffineries de l'Etang de Berre de LyondellBasell et Ineos, selon Patrick Jourdan, délégué de l'union départementale CGT chargé du secteur pétrolier.

 

Sur le site de LaVoixduNord

Repost 0
Published by corde6 - dans luttes sociales
commenter cet article

Présentation

  • : Coordonne6
  • Coordonne6
  • : Le blog a été créé le 14/06/2007 en vue d'un programme social, économique et politique nettement égalitaire, démocratique et à gauche. Toute présentation sur internet différente de la nôtre -notamment avec de nombreuses publicités- n'est pas de notre responsabilité. L'article fondateur de la coordination suite au 6 mai 2007 est le premier inscrit en date sur ce blog. La rédaction d'un programme arrimé à des principes fondamentaux et écrite en quatre ans est intitulée "programme de A à Z". A la lettre "K" nous sommes keynésiens c'est-à-dire pour le maintien du pouvoir d'achat et d'une saine consommation. Ce qui fait fonctionner normalement le cercle économique. A la lettre "N" nous tentons d'expliciter ce qu'est un "NON" avec un rappel des 55% de votants opposés à l'Europe de 2005. Monique Renouard Bretagne. Nous exprimons nos condoléances à toutes les victimes des attentats avec une grande tristesse en évitant d'exciter la haine et en appelant les gouvernants à ne pas se tromper de cible. 19 août 2017.
  • Contact

Recherche